Bienvenue en Arménie

HISTOIRE

La carte babylonienne en forme d’étoile portée sur une tablette de terre cuite est l'une des plus anciennes du monde (Ve siècle avant notre ère). Parmi les six pays qu’elle représente, nous voyons l’Arménie. Les légendes populaires et l’Histoire de l’historien du Ve siècle Moise de Khoren font remonter les Arméniens à un des arrière petits-fils de Noé, le preux Haïk.  Aujourd’hui les recherches archéologiques permettent de donner de nouvelles explications à l’origine du people arménien. Le massif Arménien est l’un des centres de l’apparition de la civilisation humaine.

Du  IXe au  VIe siècle avant notre ère, les tribus de Nairi s’unirent pour former le puissant État d’Ourartou avec pour capitale Touchpa (Van). Sur les ruines du royaume d’Ourartou apparut l’antique royaume d’Arménie (625 avant notre ère) qui groupait de vastes régions de Haiasa, de Nairi et d’Ourartou. Ainsi s’acheva le processus de la formation du peuple arménien. 
Dès le début de son existence, l’État arménien fut contraint de mener une lutte incessante pour son indépendance contre l’empire Mède, la Perse Achéménide et les conquérants gréco-macédoniens.
Le plus brillant représentant de la dynastie des Artaxias fut Tigran le Grand (95-55 avant notre ère). Il agrandit encore les possessions de la Grande Arménie et créa un immense empire s’étendant de la Caspienne à l’Arménie mineure et au sud jusqu'à la Méditerranée.

En 301, l'Arménie fut le premier pays au monde à adopter le christianisme en tant que religion d'état. L'Église devint une puissante organisation féodale qui favorisa le renforcement du pouvoir d'état.
Au IVsiècle les Romains et les Perses se partagèrent le pays, au VIIe siècle l'Arménie tomba aux mains des Arabes. Leur domination dura deux longs siècles.  A la fin du IXsiècle l'Arménie recouvra son indépendance : la dynastie des Bagratides (Bagratouni) prit le pouvoir. Après deux cents ans d'indépendance, l'Arménie Bagratide  cèda au XIe siècle à la poussée des Turcs-Seldjoucides venus de l'Est, puis au XIIIe siècle vinrent les hordes mongoles.  Seule la Cilicie, Etat arménien créé au XIe siècle sur la rive nord-est de la Méditerranée, demeura indépendante et échappa à l'invasion mongole. Mais la Cilicie elle-même finit par tomber dans une lutte inégale contre le Mameluk d'Égypte en 1375. Par la suite, seules de petites principautés arméniennes continuèrent leur existence.

Aux XVIe-XVIIe siècles, l’Iran Séfévide et la Turquie ottomane, devenus des États puissants, s’emparèrent de l’Arménie.  En 1915-1916 le gouvernement ottoman des Jeunes Turcs mit à exécution un vaste génocide contre les Arméniens qui coûta la vie à environ 1,5 million d'Arméniens. La partie russe de l’Arménie redevint un état indépendant. Mais cet Etat indépendant, proclamé le 28 mai 1918, ne fut que de courte durée : en 1922, l'Arménie tomba sous la coupe des Bolcheviques et fut intégrée à l'URSS. Elle n'accéda à nouveau à l'indépendance qu'en 1991, au moment de la dissolution de l'URSS.

Face aux avanies d’une histoire qui ne l’a guère ménagé (invasions, génocide, cataclysmes naturels, etc.) le peuple arménien a survécu et a toujours fait preuve dans son histoire d'une volonté farouche de conserver sa langue, sa religion et son identité nationale. Ce sentiment d’être des miraculés de l’histoire cohabite chez les Arméniens avec une profonde joie de vivre et une envie de la faire partager.